Boutures de rosier, multiplions nos trésors végétaux

bouture de rosier

Simple ou très difficile selon les espèces, la méthode du bouturage mérite qu’on s’y attarde. Elle vous permettra de multiplier en plusieurs exemplaires vos plantes favorites. Vous possédez une variété de rosiers rarissime ? Vous souhaitez prolonger le souvenir qu’évoque un vieux sujet familial ? Alors la bouture de rosier est la solution toute trouvée pour répondre à ces exigences. Et l’automne est le moment parfait pour s’essayer à bouturer certaines espèces de rosiers.

Coupez, préparez, plantez : rien de plus simple qu’une bouture de rosier…

Tout d’abord, une bouture de rosier se fait sur des tiges saines et vigoureuses, de préférence sans fleur. Vous pourrez utiliser de l’hormone de bouturage bio -vous pouvez même la fabriquer vous-même (voir plus bas) – qui va accélérer l’apparition de racines nouvelles.

Prélever un rameau bien droit ayant poussé dans l’année, et couper en biais avec un sécateur propre, juste sous un œil : garder 15 cm environ, tout en sachant que la tige doit comprendre au moins 3 yeux.

« Nettoyer » la tige :

Couper l’extrémité supérieure de la tige, juste au dessus d’une paire de feuilles, retirer les feuilles (sauf deux en haut), et enfin enlever les épines du bas, sur la longueur qui sera enterrée.

Préparer un pot avec un substrat léger :

Choisissez un terreau à bouturage par exemple, ou un mélange de sable et de tourbe; planter (vous pouvez enduire la base de la bouture avec de l’hormone de bouturage au préalable)

Arroser:

Les jeunes boutures aiment l’humidité: apporter de l’eau régulièrement, sans excès. Gardez vos boutures dans un endroit frais et sec, bien éclairé; l’idéal étant tout près d’une fenêtre, dans une remise ou un garage.

Les racines mettront quelques semaines à apparaître. Ne pas hésiter à transplanter dans un pot plus grand dès que la bouture s’est bien développée. La mise en terre se fera au printemps. Vous pourrez profitez de la croissance de vos plants dans l’intimité d’une roseraie par exemple.

Et si vous vous mettiez au bouturage tout simplement pour le plaisir ? Vos amis seront sans doute ravis de pouvoir avoir un exemplaire de votre rosier qu’ils admirent tant…

Et le marcottage du rosier alors ?

Pour ma part, j’avais laissé en friche un petit coin du jardin, dans lequel le rosier liane du voisin, que j’avais identifié comme étant le fameux rosier « guirlande d’amour », aimait s’aventurer. J’ai eu la surprise, un jour, de voir qu’une de ses branches s’était solidement attachée au sol, au niveau d’une petite trappe d’évacuation remplie de terre (très humide donc). Le géant rosie avait fait des racines ! Je n’ai eu besoin que de tirer doucement,pour le replanter dans un pot dans lequel il évoluerait tranquillement. J’ai attendu d’être sûre que les racines s’étaient à nouveau bien établies, puis j’ai coupé mon plant de la branche de la voisine. J’avais un tout nouveau rosier !

Conclusion : pour les rosiers -notamment les rosiers grimpants- le marcottage marche très bien aussi 🙂

Laisser un commentaire