Dessiner ou redessiner votre plan de jardin

plan de jardin

Des lignes et des courbes équilibrées, voilà qui présage un bel aménagement. Mais un beau jardin, c’est aussi un peu plus que cela. Des proportions, des distances, des surfaces…le plan de jardin de votre espace à transformer est la base même de tout bon projet. Bien sûr, des instruments performants -laser et autres- sont aujourd’hui bien utiles pour assister les professionnels dans leur tâche, mais faisons simple.

Armez vous d’un bon mètre, d’une feuille, d’un crayon…et d’un peu de courage : suivez le guide !

Les outils pour votre plan de jardin

-une feuille : elle peut être quadrillée (papier millimétré, c’est un bon support pour tous les dessins à l’échelle

-un double décimètre

-crayon et gomme

-un mètre : il vous permettra de mesurer les structures existantes et de situer l’emplacement des arbres par exemple

Dessiner le plan de jardin de base

Tout d’abord, à vos tiroirs ! Prendre les mesures de son jardin est bien plus simple quand on a un document sur lequel se baser avec certitude. Si votre maison est récente, vous avez toutes les chances d’avoir , enfoui dans vos papiers, un plan masse. C’est un document qui reprend les côtes exactes de l’habitation, Si ce n’est pas le cas, une manipulation toute simple sur le site du cadastre. En effet cela vous permettra de retrouver l’implantation de votre terrain à l’échelle. Il vous suffit de rentrer votre adresse et de cliquer sur le numéro de cadastre correspondant à votre parcelle. Un plan de jardin tout prêt est alors à disposition : l’implantation de la maison est déjà en place, ainsi que les constructions secondaires.

Sinon, vous pouvez toujours recourir à la bonne méthode du mètre ruban…si c’est le cas, je vous souhaite bonne chance ;). Une fois vos dimensions notées, reportez les limites du terrain sur une feuille quadrillée.

Puis annotez toutes les informations indispensables sur le plan :

 

plan de jardin

  • chaque longueur (terrain et bâti)
  • les surfaces de chaque zone existante (si zones il y a, c’est-a dire si vous souhaitez départager certains espaces fonctionnels)
  • les pentes éventuelles et le sens d’écoulement
  • l’emplacement des pièces de la maison
  • l’emplacement des ouvertures : distinguez les portes des fenêtres et des porte-fenêtres
  • Indiquez par un jeu de deux couleurs les éléments positifs (belle vue, présence d’une source d’eau…) et les éléments négatifs (vis-à-vis…)
  • Spécifiez les éléments à conserver : sujet végétal intéressant ou sentimental, muret…

N’oubliez pas l’orientation et l’échelle (exemple : au 1/100, c’est à dire : 1 m = 1 cm ! ) !

Le plan est prêt, il ne reste plus qu’à laisser déborder les idées !

 

Placer les principaux espaces d’intérêt du jardin

Cette étape, ou « zonage », est très importante car elle permet de définir les endroits du jardin qui méritent un souci de conception particulier. Les zones principales : terrasse principale (souvent proche de la maison), terrasse secondaire (à l’opposé, ou à mi chemin), potager, zone de baignade (des conseils pour imaginer ces espaces dans cet article : « Le grand plongeon !« ), espace de jeux pour les enfants, espaces purement ornemental, une vue particulière….

Les règles du plan de jardin :
– Éparpiller les zones dans le jardin, pour distiller l’intérêt des lieux
– Ne pas surcharger en espaces fonctionnels, et ne pas les faire côtoyer, pour inciter à parcourir le jardin et attiser la curiosité
– Définir vos envies et vos contraintes : de quoi avez vous absolument besoin pour être heureux dans votre jardin ?

 

Tracer les nouveaux grands axes de votre jardin

Un jardin se parcourt, rapidement, ou en prenant son temps. Le tout est de donner envie à vos visiteurs de découvrir ce qu’il se passe ici, ou là. En arrivant sur les lieux, on doit avoir la curiosité de déambuler. C’est pourquoi les accès et les cheminements sont primordiaux : ils vont donner la tonalité à tout le reste. C’est un fil rouge, en quelque sorte.

Mais les chemins aident aussi à créer une perspective au jardin :en travaillant sur les variations de largeur du cheminement sur le plan de jardin, votre jardin peut paraître plus grand, ou au contraire plus petit qu’il ne l’est en réalité.

Enfin, vos chemins doivent mener quelque part : lister les zones d’intérêt (travail effectué précédemment par le « zonage »), et relier -y les chemins. Ainsi, les terrasses, les bassins, les aires de repos (bancs, nacelles, etc) sont valorisées. Il s’agit de donner à ces espaces une nouvelle légitimité.

Les règles du plan de jardin :
– largeur de 3 m pour le passage d’une voiture,
– 1,5 m pour le passage des petits véhicules comme les outils de jardin
– 80 cm pour les promeneurs

 

Intégrer les nouveaux massifs

plan de jardin

 

La partie sympa 🙂 Car c’est le moment de se faire plaisir ! Pour plus de naturel, les massifs peuvent s’insérer le long des cheminement. Ensuite, les constructions sont aussi habillées de fleurs : arrondissez les angles des terrasses, faites disparaître les tracés trop rigides grâce à des lignes courbes bien pensées.

 

Les règles du plan de jardin :
– Ne pas surcharger les espaces en fleurs : laisser de l’espace (en gazon ou en minéral) entre chaque
– Faites preuve de cohérence quant au style paysager choisi : un style japonais côtoiera difficilement un style indus (c’est possible bien sûr, mais il fait du savoir faire !)
– Garder une homogénéité entre les espèces végétales : retrouver une espèce type d’un massif à l’autre est très reposant pour l’œil et participe à l’impression de cohérence de l’ensemble

Vous avez les clés pour vous lancer, n’hésitez plus ! Et en cas de besoin, je suis là 😉

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Laisser un commentaire